• L'âme poétique persanne

    2018-16

    L'âme poétique persanneEncore l'Iran.

    Darush SHAGEYAN 

    L'âme poétique persane.

    Albin Michel 2017

    209 pages

    Dans une introduction d'une douzaine de pages, l'auteur insiste sur l'importance de la poésie, comme matrice de tout le peuple iranien. Il souligne la révérence accordée aux grands poètes, les Iraniens de toutes classes se déplaçant pour s'incliner devant leur tombe, et il avoue l'étonnement avec lequel il a constaté, en arrivant en Europe, le peu de considération dont jouissaient, par comparaison, les grands poètes qu'il admirait, comme  Shakespeare ou Victor Hugo.

          Avant de s'attarder sur chacun de ces grands noms, auxquels il consacre successivement cinq chapitres, il analyse dans le premier chapitre, intitulé « Les cinq climats de présence »,  ce qui fait la spécificité de chacun par rapport aux quatre autres. Il fait de Ferdowsi, avec son épopée le Livre des Rois, le grand fondateur de la poésie et de la littérature persanes, celui qui a permis, après la conquête arabe, la réappropriation de mythes avestiques et des légendes parthes et le réveil de la conscience nationale :  le chapitre qui lui est consacré est celui du « temps qui devance la mort ». Il considère le savant (mathématicien, astronome) et poète, Omar Khayyâm, comme l'esprit démystificateur par excellence, dont le doute fondamental a laissé une trace indélébile en chaque Iranien et lui accorde comme « climat de présence », le « temps instantanéiste ». Mowlânâ Rûmi, grand chantre de l'amour le plus absolu se voit attribuer « le temps de l'arrachement ».  Saadi serait l'exemple même de « l'honnête homme » et son temps est « le temps social de l'homme cultivé ». Quant à Hâfez, il réunirait en lui la quintessence de ses quatre prédécesseurs, les surpasserait tous et Shageyan voit dans son œuvre « la mise en suspens du temps ».

          Il est certain que, sans connaissance intime des œuvres, cette approche de la poésie persane demeure très abstraite et la lecture du livre lente et difficile. Juste une sorte de débroussaillage...

    .....

    Citation

    « Boire du vin, assumer ma joie, telle est ma manière d'être

    Être libre de la religion comme de l'infidélité, telle est ma manière d'être

    J'ai dit à la mariée du monde : « Quel est donc ton douaire ? »

    « Ton cœur en joie, me dit-elle, est bien mon douaire. »

    Omar Khayyâm  (p.77)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :